La conservation de nos cultures agricoles est la base de notre alimentation dans le futur – et pas seulement dans les régions alpines. Vous trouverez ici un résumé et une évaluation des différentes techniques de conservation des plantes : Pflanzenerhaltung.pdf

roggen eschmattLes plus anciennes traces d’agriculture dans la région alpine remontent au sixième millénaire avant Jésus-Christ. Les peuples du Néolithique utilisaient des formes anciennes de fruits sauvages tels que les myrtilles, les airelles, les baies d’épine-vinette et les baies de sureau. À l’époque de Ötzi, l’homme de Similaun, vers 3200 avant J.-C., ils étaient passés du statut de chasseurs-cueilleurs à celui d’agriculteurs largement autosuffisants. Vers 2000 avant J.-C., les pommes, les poires, les cerises, les prunes et les noix étaient cultivées dans la vallée du Rhin, à proximité des habitations. La première sélection de variétés sauvages a eu lieu. À l’époque du Christ, les Romains cultivaient 29 variétés de pommes et 35 variétés de poires et connaissaient bien la greffe, la lutte contre les parasites, la viticulture et la culture des jardins. Les cultures arables et végétales, ainsi que l’élevage, ont joué un rôle remarquable dans l’alimentation des populations jusqu’aux hautes régions alpines. Ils ont développé une énorme richesse de connaissances sur leurs cultures et l’ont transmise de génération en génération. Le réchauffement du climat au Moyen Âge a favorisé l’expansion des zones utilisées à des fins agricoles et notamment la culture des céréales. L’industrialisation et la mondialisation de l’agriculture qui ont débuté au XIXe siècle ont largement poussé la culture à forte intensité de main-d’œuvre des céréales, des fruits et des légumes dans la région alpine vers l’autosuffisance. Dans de nombreuses régions, seuls l’élevage et la production laitière, fortement intensifiés et subventionnés, ont pu survivre. La diversité presque oubliée des variétés adaptées de manière optimale aux conditions locales est presque infinie – dans le seul cas des pommes, leur nombre se compte en milliers.